ASTÉRIX EN CRÉOLE RÉUNIONNAIS

Décidément, le créole semble en passe de conquérir le monde de la bande dessinée ! Domaine qui, logiquement, aurait dû avoir été le sien depuis longtemps. En effet, après le succès phénoménal d’Astérix en créole antillo-guyanais et du « Sang du flamboyant » en créole martiniquais l’an passé, voici que cette année, Caraïbéditions et son dynamique directeur, Florent Charbonnier, nous donnent à lire presque coup sur coup : « Titeuf » en créole antillo-guyanais et « ASTÉRIX » en créole réunionnais.
La traduction (…) – Réinion


Décidément, le créole semble en passe de conquérir le monde de la bande dessinée ! Domaine qui, logiquement, aurait dû avoir été le sien depuis longtemps. En effet, après le succès phénoménal d’Astérix en créole antillo-guyanais et du « Sang du flamboyant » en créole martiniquais l’an passé, voici que cette année, Caraïbéditions et son dynamique directeur, Florent Charbonnier, nous donnent à lire presque coup sur coup : « Titeuf » en créole antillo-guyanais et « ASTÉRIX » en créole réunionnais.

La traduction en a été assurée par François Saint-Omer, militant créoliste bien connu de la Réunion, épaulé par Roger Théodora, autre militant connu, entre autres, pour un manuel scolaire en créole. L’ensemble est magnifique et démontre, s’il en était besoin, qu’à l’écrit, il n’y a guère de barrière entre les différents créoles, qu’ils soient des Amériques ou de l’Océan Indien. Si à l’oral, il arrive qu’il y ait certaines difficultés de communication, celles-ci sont vite levées à l’écrit, surtout quand cet écrit est accompagné, comme c’est le cas dans la bande dessinée, de dessins.

Enfin, les créolophones antillais auront, grâce à ce « ASTÉRIX » en créole réunionnais une toute autre image du créole de l’ancienne île de Bourbon, jugé par les premiers très ou trop francisé. Là, des experts en créole réunionnais nous donnent à lire le vrai, l’authentique créole réunionnais, pas ce mélange informe qui malheureusement (comme aux Antilles d’ailleurs !) semble être en train de s’imposer, notamment par le biais des medias et de la chanson.

Merci aussi aux traducteurs d’avoir choisi « Lékritir 77 », ce système d’écriture qui permet à un Antillais de déchiffrer sans problème le créole réunionnais, système très proche de celui du GEREC !


Posté: 2008-09-29 01:33:03


Lire le texte complet