Barack Obama souhaite un partenariat entre Haïti et les Etats-Unis

Le candidat démocrate à la maison blanche, Barack Obama, souhaite un vrai partenariat entre Haïti et les Etats-Unis Le sénateur de l’Illinois lors d’une tournée en Floride le week end écoulé s’est montré critique vis-à vis de la politique américaine en Haïti et a plaidé en faveur d’un véritable partenariat susceptible d’aider au développement de la République d’Haïti. »Nous devons travailler avec les autorités haïtiennes afin d’aider au développement économique d’Haïti », a déclaré Barack Obama, estimant nécessaire dépasser le stade de l’aide humanitaire pour passer à un véritable partenariat pouvant aider le pays à se développer.Selon le favori à la présidentielle américaine du 4 Novembre, les Etats –Unis ne se sont pas assez préoccupés d’Haïti Les relations américano–haïtienne figuraient parmi les sujets abordés par Barack Obama au cours de sa tournée de deux jours en Floride.Plusieurs leaders politiques haïtiens dont Mirlande Manigat du (RDNP), Evans Paul (Alliance) et Micha Gaillard (Fusion) se sont prononcés en faveur de Barack Obama. Toutefois M. Paul a mis en garde contre toute tentative de sous estimer le candidat républicain, John Mc Cain.
Le président du sénat, Kelly Bastien, avait indiqué la semaine dernière qu’en tant que citoyen il apporte son appui au sénateur de l’Illinois. Le sénateur Bastien estime que le candidat démocrate est mieux à même d’aborder le dossier des haïtiens vivant aux Etats-Unis.
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=14207
HRV opine:
Il est assez amusant de considérer certains aspects sur le “phénomène” OBAMA au sein d’une fraction de la famille politique haïtienne. La fraction qui aura définitivement reçu et ressenti davantage le succès du candidat démocrate reste en Haïti la fraction Lavalas et aux Etats-Unis les membres du black Caucus.
En effet la famille Aristide a été toujours proche du clan Clinton dont la femme a été identifiée comme une amie de la Sénatrice Hilary Clinton. Elle aurait même porté sur les fonds baptismaux une des filles de l’ancien-prêtre président. Il suffira pour corroborer ces dires de se rappeler que le prêtre défroqué a été réinstaller en 1994 sous la croupe du Président Bill Clinton qui avait expédié ses marines pour forcer les mais à Raul Cédras et à ses irréductibles.
Les relations entre les Familles Clinton et Aristide a été si fortes que les bouches haïtiennes rapportent que la sénatrice aurait bénéficié d’un « gri-gri » appartenant à la même familles des esprits que servent et qui protègent l’ancien président.
Tout ceci c’est pour que les aristidiens avaient beaucoup misé sur une victoire de Hilary Clinton lors des élections internes du parti démocrate puis au décours des joutes présidentielles de façon à rendre inévitable le retour de Jean Bertrand Aristide au pouvoir.
Les Anti-aristides, sans trop le déclarer craignaient cette éventualité. Le OUF ! de soulagement est venu à point nommé quand la femme de l’ex-président a reconnu sa défaite devant le sénateur d’Illinois.
Aujourd’hui, tout un monde attend la victoire d’OBAMA. Tout le monde ressent l’approche du temps du changement avec grand C. L’hégémonie virtuelle longtemps choyée, l’universalité ethnocentrique de certains ne sont plus à la mode. Il faut être capable de remettre toutes les idées et les compétences dans un creuset de façon à en sortir les principes et les solutions viables pour sauver le monde de la grande catastrophe.
Dans cette conjoncture, les épaules d’OBAMA ne seront jamais assez larges et fortes pour prendre la tête et la commande de cette nouvelle croisade. Et le problème haïtien se trouvera malheureusement noyé dans une immensité de priorités les unes plus pertinentes que les autres.
Ces déclarations du candidat démocrate, sans aucun doute futur président d’Haïti doivent inspirer un optimisme prudent tout en se rappelant qu’il s’agit aussi de déclarations de campagnes électorales.


Le candidat démocrate à la maison blanche, Barack Obama, souhaite un vrai partenariat entre Haïti et les Etats-Unis Le sénateur de l’Illinois lors d’une tournée en Floride le week end écoulé s’est montré critique vis-à vis de la politique américaine en Haïti et a plaidé en faveur d’un véritable partenariat susceptible d’aider au développement de la République d’Haïti. »Nous devons travailler avec les autorités haïtiennes afin d’aider au développement économique d’Haïti », a déclaré Barack Obama, estimant nécessaire dépasser le stade de l’aide humanitaire pour passer à un véritable partenariat pouvant aider le pays à se développer.Selon le favori à la présidentielle américaine du 4 Novembre, les Etats –Unis ne se sont pas assez préoccupés d’Haïti Les relations américano–haïtienne figuraient parmi les sujets abordés par Barack Obama au cours de sa tournée de deux jours en Floride.Plusieurs leaders politiques haïtiens dont Mirlande Manigat du (RDNP), Evans Paul (Alliance) et Micha Gaillard (Fusion) se sont prononcés en faveur de Barack Obama. Toutefois M. Paul a mis en garde contre toute tentative de sous estimer le candidat républicain, John Mc Cain.
Le président du sénat, Kelly Bastien, avait indiqué la semaine dernière qu’en tant que citoyen il apporte son appui au sénateur de l’Illinois. Le sénateur Bastien estime que le candidat démocrate est mieux à même d’aborder le dossier des haïtiens vivant aux Etats-Unis.

http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=14207
HRV opine:
Il est assez amusant de considérer certains aspects sur le “phénomène” OBAMA au sein d’une fraction de la famille politique haïtienne. La fraction qui aura définitivement reçu et ressenti davantage le succès du candidat démocrate reste en Haïti la fraction Lavalas et aux Etats-Unis les membres du black Caucus.
En effet la famille Aristide a été toujours proche du clan Clinton dont la femme a été identifiée comme une amie de la Sénatrice Hilary Clinton. Elle aurait même porté sur les fonds baptismaux une des filles de l’ancien-prêtre président. Il suffira pour corroborer ces dires de se rappeler que le prêtre défroqué a été réinstaller en 1994 sous la croupe du Président Bill Clinton qui avait expédié ses marines pour forcer les mais à Raul Cédras et à ses irréductibles.
Les relations entre les Familles Clinton et Aristide a été si fortes que les bouches haïtiennes rapportent que la sénatrice aurait bénéficié d’un « gri-gri » appartenant à la même familles des esprits que servent et qui protègent l’ancien président.
Tout ceci c’est pour que les aristidiens avaient beaucoup misé sur une victoire de Hilary Clinton lors des élections internes du parti démocrate puis au décours des joutes présidentielles de façon à rendre inévitable le retour de Jean Bertrand Aristide au pouvoir.
Les Anti-aristides, sans trop le déclarer craignaient cette éventualité. Le OUF ! de soulagement est venu à point nommé quand la femme de l’ex-président a reconnu sa défaite devant le sénateur d’Illinois.
Aujourd’hui, tout un monde attend la victoire d’OBAMA. Tout le monde ressent l’approche du temps du changement avec grand C. L’hégémonie virtuelle longtemps choyée, l’universalité ethnocentrique de certains ne sont plus à la mode. Il faut être capable de remettre toutes les idées et les compétences dans un creuset de façon à en sortir les principes et les solutions viables pour sauver le monde de la grande catastrophe.
Dans cette conjoncture, les épaules d’OBAMA ne seront jamais assez larges et fortes pour prendre la tête et la commande de cette nouvelle croisade. Et le problème haïtien se trouvera malheureusement noyé dans une immensité de priorités les unes plus pertinentes que les autres.
Ces déclarations du candidat démocrate, sans aucun doute futur président d’Haïti doivent inspirer un optimisme prudent tout en se rappelant qu’il s’agit aussi de déclarations de campagnes électorales.


Posté: 2008-10-25 17:09:00


Lire le texte complet