Crise alimentaire mondiale

L’urgence est telle, estime la directrice du PAM Josette Sheeran, que la communauté internationale doit fournir une réponse de la même ampleur que celle apportée après le tsunami de 2004 dans l’océan Indien, qui avait fait 220.000 morts recensés dans douze pays. Plus de 12 milliards de dollars de dons privés et publics avaient été récoltés. Elle appelle de ses vœux «une action à haut niveau et sur une large échelle de la communauté internationale, centrée sur des solutions d’urgence et à long terme».

«C’est le nouveau visage de la faim: des millions de personnes qui n’étaient pas dans la catégorie de ceux ayant des besoins urgents il y a six mois y figurent aujourd’hui», souligne-t-elle.

Le PAM souligne que ses propres estimations corroborent les conclusions de la Banque mondiale, qui considère que le doublement des prix alimentaires ces trois dernières années risque d’aggraver la pauvreté de pas moins de 100 millions d’Africains des pays les plus pauvres.

Pour contrer la flambée des prix des denrées agricoles, la Banque mondiale a elle aussi appelé à un effort massif et concerté à l’échelle internationale, lors de son assemblée de printemps, les 12 et 13 avril, à Washington.

Liberation.fr avec source AFP

L’augmentation du coût de la nourriture menace la stabilité mondiale, dit l’ONU