Crise financière internationale : Haïti parmi les pays les plus menacés politiquement

La revue britannique The Economist prévient dans son indice démocratique 2008 que l’implosion des marchés risque d’emporter les démocraties les plus faibles
mercredi 22 octobre 2008,

Radio Kiskeya

Haïti fait partie des pays d’Amérique latine les plus exposés aux effets politiques potentiellement dévastateurs de la crise qui secoue le système financier mondial, relève le département d’analyse de la revue spécialisée britannique The Economist dans une étude annuelle rendue publique mercredi à Londres.
Intitulé « Economist Intelligence’s Unit Democracy Index 2008″, le document montre que la récession économique susceptible de découler de l’effondrement des marchés financiers américain, européen et asiatique peut entraîner un recul spectaculaire du système démocratique en vigueur dans certains pays.
Dans le sous-continent latinoaméricain, les Etats les plus menacés par la crise économique mondiale et les tensions subséquentes sont Haïti, la Bolivie, l’Equateur, le Honduras, le Nicaragua, le Panama, le Pérou et le Vénézuéla. Dans ces pays réputés faibles et sans grande tradition démocratique, les polarisations sociales peuvent devenir difficilement gérables.
A l’opposé, les pays disposant d’institutions démocratiques robustes donnant droit à un indice élevé dans la hiérarchie mondiale sont, pour les trois premiers, la Suède, la Norvège et l’Islande. Dans le même groupe de tête, on retrouve le Japon (17e), les Etats-Unis (18e), le Royaume-Uni (21e) et la France (24e). L’Uruguay (23e) et le Costa Rica (27e) sont les deux seuls représentants de l’Amérique latine à figurer parmi les 30 premiers.
The Economist note que la moitié de la population mondiale vit en démocratie, mais que seuls 14% bénéficie d’une démocratie pleine, soit un total de 30 Etats. 50 autres pays sont dotés d’un régime démocratique défaillant, 36 d’un régime hybride tandis que 51 autres ont à leur tête un gouvernement autoritaire. spp/Radio Kiskeya
http://www.radiokiskeya.com/spip.php?article5352


La revue britannique The Economist prévient dans son indice démocratique 2008 que l’implosion des marchés risque d’emporter les démocraties les plus faibles
mercredi 22 octobre 2008,

Radio Kiskeya

Haïti fait partie des pays d’Amérique latine les plus exposés aux effets politiques potentiellement dévastateurs de la crise qui secoue le système financier mondial, relève le département d’analyse de la revue spécialisée britannique The Economist dans une étude annuelle rendue publique mercredi à Londres.
Intitulé « Economist Intelligence’s Unit Democracy Index 2008″, le document montre que la récession économique susceptible de découler de l’effondrement des marchés financiers américain, européen et asiatique peut entraîner un recul spectaculaire du système démocratique en vigueur dans certains pays.
Dans le sous-continent latinoaméricain, les Etats les plus menacés par la crise économique mondiale et les tensions subséquentes sont Haïti, la Bolivie, l’Equateur, le Honduras, le Nicaragua, le Panama, le Pérou et le Vénézuéla. Dans ces pays réputés faibles et sans grande tradition démocratique, les polarisations sociales peuvent devenir difficilement gérables.
A l’opposé, les pays disposant d’institutions démocratiques robustes donnant droit à un indice élevé dans la hiérarchie mondiale sont, pour les trois premiers, la Suède, la Norvège et l’Islande. Dans le même groupe de tête, on retrouve le Japon (17e), les Etats-Unis (18e), le Royaume-Uni (21e) et la France (24e). L’Uruguay (23e) et le Costa Rica (27e) sont les deux seuls représentants de l’Amérique latine à figurer parmi les 30 premiers.
The Economist note que la moitié de la population mondiale vit en démocratie, mais que seuls 14% bénéficie d’une démocratie pleine, soit un total de 30 Etats. 50 autres pays sont dotés d’un régime démocratique défaillant, 36 d’un régime hybride tandis que 51 autres ont à leur tête un gouvernement autoritaire. spp/Radio Kiskeya
http://www.radiokiskeya.com/spip.php?article5352
Posté: 2008-10-23 23:29:00


Lire le texte complet