Débat sur la nationalité lors du congrès de la Haitian League

Le premier congrès de la Haitian League à New Jersey la semaine dernière, a permis entre autre de réaliser des débats sur l’intégration des membres de la diaspora dans la vie politique haïtienne.
Des leaders de la communauté haïtienne aux Etats-Unis et des personnalités politiques haïtiennes, dont les sénateurs Kelly C. Bastien et Rudolph Boulos, avaient pris part au congrès. Répondant aux questions d’un reporter de radio Métropole en marge du congrès, le président du sénat, Kelly Bastien, a révélé que 20 % des parlementaires haïtiens sont détenteurs de carte de résidence d’ un pays étranger.  » 20 % des parlementaires sont membres de la diaspora », dit-il mettant l’accent sur la nécessité de préparer un document préalable à la réforme constitutionnelle. Le sénateur Bastien préconise une participation active des haïtiens de la diaspora dans le débat sur la nationalité afin de formuler à temps les modifications souhaitées dans la constitution. De son coté, le sénateur Rudolph Boulos, qui a beaucoup réfléchi sur la question depuis sa mise à l’écart, estime qu’une modification de la constitution n’est pas nécessaire.  » Point n’est besoin d’amender la constitution, il faut élaborer un code de la nationalité qui puisse clarifier l’article 15 de la constitution », argue le sénateur Boulos estimant qu’il faut surtout expliquer les conditions de la perte de la nationalité.  » Sur le territoire haïtien tout autre nationalité n’est pas admise », déclare le sénateur Boulos précisant que les constituants n’entendaient pas interdire une autre nationalité.  » Un haïtien se trouvant en Haïti ne peut pas se prévaloir d’une autre nationalité », explique t-il. Selon le sénateur Boulos, la participation des haïtiens de la diaspora dans la refondation de l’état haïtien est indispensable. Cet avis est partagé par le Dr Bernier Lauredan, responsable de la Haitian League, qui se réjouit du succès du congrès.  » Ce premier congrès est un outil qui facilitera le partenariat entre les haitiano-américains qui pourront apporter une meilleure participation dans l’effort de construction d’Haïti », ajoute t-il.
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=14195
Qu’en est-il de l’enquête de la commission parlementaire sur la nationalité des membres du pouvoir législatif ?


Le premier congrès de la Haitian League à New Jersey la semaine dernière, a permis entre autre de réaliser des débats sur l’intégration des membres de la diaspora dans la vie politique haïtienne.
Des leaders de la communauté haïtienne aux Etats-Unis et des personnalités politiques haïtiennes, dont les sénateurs Kelly C. Bastien et Rudolph Boulos, avaient pris part au congrès. Répondant aux questions d’un reporter de radio Métropole en marge du congrès, le président du sénat, Kelly Bastien, a révélé que 20 % des parlementaires haïtiens sont détenteurs de carte de résidence d’ un pays étranger.  » 20 % des parlementaires sont membres de la diaspora », dit-il mettant l’accent sur la nécessité de préparer un document préalable à la réforme constitutionnelle. Le sénateur Bastien préconise une participation active des haïtiens de la diaspora dans le débat sur la nationalité afin de formuler à temps les modifications souhaitées dans la constitution. De son coté, le sénateur Rudolph Boulos, qui a beaucoup réfléchi sur la question depuis sa mise à l’écart, estime qu’une modification de la constitution n’est pas nécessaire.  » Point n’est besoin d’amender la constitution, il faut élaborer un code de la nationalité qui puisse clarifier l’article 15 de la constitution », argue le sénateur Boulos estimant qu’il faut surtout expliquer les conditions de la perte de la nationalité.  » Sur le territoire haïtien tout autre nationalité n’est pas admise », déclare le sénateur Boulos précisant que les constituants n’entendaient pas interdire une autre nationalité.  » Un haïtien se trouvant en Haïti ne peut pas se prévaloir d’une autre nationalité », explique t-il. Selon le sénateur Boulos, la participation des haïtiens de la diaspora dans la refondation de l’état haïtien est indispensable. Cet avis est partagé par le Dr Bernier Lauredan, responsable de la Haitian League, qui se réjouit du succès du congrès.  » Ce premier congrès est un outil qui facilitera le partenariat entre les haitiano-américains qui pourront apporter une meilleure participation dans l’effort de construction d’Haïti », ajoute t-il.
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=14195
Qu’en est-il de l’enquête de la commission parlementaire sur la nationalité des membres du pouvoir législatif ?

Posté: 2008-10-21 23:50:00


Lire le texte complet