Antigua et Barbuda

Antigua et barbuda dans la caraibeAvec ses 365 plages, une pour chaque jour de l’année, Antigua-et-Barbuda fascine ceux et celles pour qui le mot «vacances» rime avec «étendues sablonneuses». Mais, en plus d’offrir du sable quasi à l’infini, Antigua-et-Barbuda propose la découverte d’îles habitées depuis plus de quatre millénaires. Nature et culture s’y donnent donc rendez-vous.

Antigua-et-Barbuda se compose en fait de trois îles qui font partie des Leeward Islands, dans les Petites Antilles: Antigua, Barbuda et Redonda. D’une superficie de 442 km2, elles se trouvent tout juste au nord de la Guadeloupe et comptent 72 000 habitants.

En 1493, Christophe Colomb découvre l’île d’Antigua et la nomme Santa María de La Antigua. Les Espagnols colonisent fort peu l’île en raison de la présence des Indiens caraïbes qu’ils craignent. Il faut attendre l’arrivée des Britanniques pour que la colonisation européenne s’implante durablement. Des colons anglais s’installent dans l’île d’Antigua en 1623, puis dans celle de Barbuda en 1661.

En 1674, Sir Christopher Codrington fonde la première grande plantation de canne à sucre dans l’île d’Antigua. En 1685, Codrington et sa famille louent toute l’île à la Couronne britannique pour la modique somme «d’un gros cochon par an si demande est faite», et ils établissent avec succès d’autres plantations. En 1784, l’amiral Nelson fait d’Antigua la plus grande base britannique de l’archipel. En 1981, Antigua-et-Barbuda accède à l’indépendance et devient un État membre du Commonwealth. La capitale d’Antigua-et-Barbuda est St. John’s, située dans l’île d’Antigua.