Des sénateurs critiquent l’inaction du gouvernement dans le domaine sécuritaire

Plusieurs sénateurs déplorent le refus du gouvernement d’élaborer un calendrier de retrait de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti (Minustah).

Réagissant à la prorogation d’un an du mandat de la mission de l’ONU, le sénateur Youri Latortue, président de la commission justice et sécurité du sénat, a soutenu que le chef de l’état haïtien veut que la sécurité nationale soit assurée par des étrangers au cours de son mandat.  » Nous avons un avis contraire », déclare le sénateur Latortue estimant que le renouvellement du mandat de la mission de l’ONU signifie qu’aucun progrès n’a été enregistré dans le domaine sécuritaire.

Cet avis est partagé par le sénateur Andrice Riché (OPL) qui croit que la communauté internationale maintiendra la Minustah en Haïti aussi longtemps qu’elle estimera que la stabilité est menacée.  » Le gouvernement et d’autres secteurs ne veulent pas mettre en branle le processus de création d’une nouvelle force publique », dénonce le sénateur Riché.

De son coté, le sénateur Anacacis Jean Hector (Lespwa), souhaite une modification des termes de références de la Mission de l’ONU.  » Nous avons besoin de plus d’ingénieurs « , dit-il estimant que la Minustah doit aider à reconstruire des ponts détruits après les récents cyclones.

Par ailleurs, le Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH) fait état de modification dans le nouveau mandat de la Minustah. Yolene Gilles, responsable du RNDDH, soutient que le conseil de sécurité de l’ONU a enjoint la Minustah d’assurer la promotion des droits Humains dans le pays.

le Conseil de sécurité invite les Etats membres, notamment ceux de la région, à collaborer avec le gouvernement pour enrayer la traite d’êtres humains et les trafics illicites de stupéfiant et d’armes.
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=14170


Plusieurs sénateurs déplorent le refus du gouvernement d’élaborer un calendrier de retrait de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti (Minustah).

Réagissant à la prorogation d’un an du mandat de la mission de l’ONU, le sénateur Youri Latortue, président de la commission justice et sécurité du sénat, a soutenu que le chef de l’état haïtien veut que la sécurité nationale soit assurée par des étrangers au cours de son mandat.  » Nous avons un avis contraire », déclare le sénateur Latortue estimant que le renouvellement du mandat de la mission de l’ONU signifie qu’aucun progrès n’a été enregistré dans le domaine sécuritaire.

Cet avis est partagé par le sénateur Andrice Riché (OPL) qui croit que la communauté internationale maintiendra la Minustah en Haïti aussi longtemps qu’elle estimera que la stabilité est menacée.  » Le gouvernement et d’autres secteurs ne veulent pas mettre en branle le processus de création d’une nouvelle force publique », dénonce le sénateur Riché.

De son coté, le sénateur Anacacis Jean Hector (Lespwa), souhaite une modification des termes de références de la Mission de l’ONU.  » Nous avons besoin de plus d’ingénieurs « , dit-il estimant que la Minustah doit aider à reconstruire des ponts détruits après les récents cyclones.

Par ailleurs, le Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH) fait état de modification dans le nouveau mandat de la Minustah. Yolene Gilles, responsable du RNDDH, soutient que le conseil de sécurité de l’ONU a enjoint la Minustah d’assurer la promotion des droits Humains dans le pays.

le Conseil de sécurité invite les Etats membres, notamment ceux de la région, à collaborer avec le gouvernement pour enrayer la traite d’êtres humains et les trafics illicites de stupéfiant et d’armes.
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=14170
Posté: 2008-10-16 23:57:00


Lire le texte complet