énergie solaire en guadeloupe

energie solaire guadeloupeL’énergie solaire, nouveau souffle pour l’économie 

Environ 420 centrales photovoltaïques réinjectent leur production sur le réseau EDF. L’impact sur l’environnement et la satisfaction des propriétaires laissent présager une multiplication des entreprises sur ce marché, et surtout ont débouché sur de grands projets.

– Une nouvelle installation solaire sur un bâtiment des services techniques de la commune du Moule a été inaugurée le 30 mars 2007. Equipée de trois générateurs, l’installation des bâtiments des services techniques complète et clôture un projet communal plus important aboutissant à la mise en place de plus de 2330 m2 de panneaux photovoltaïques sur les toitures de six écoles : Lacroix, Sainte-Marguerite, Laura Flessel, Cocoyer, Adélaïde et Zevallos, et de la bibliothèque municipale. La puissance totale installée sur ces bâtiments est de 292 Kw/h produisant 400 Mégawatts-heure par an et permettant d’éviter le rejet de 6400 tonnes de dioxyde de carbone sur vingt ans, soit l’équivalent de 2150 voitures effectuant un parcours de 15 000 km.

Ces projets illustrent parfaitement les engagements des pays signataires du protocole de Kyoto sur le développement des énergies renouvelables. Dans ce cadre, les installations exploitées et maintenues par BP Solar, sont raccordées au réseau électrique et toute l’énergie produite est injectée et valorisée, EDF achetant le KWh à un tarif avantageux pendant une durée de vingt ans. A partir de là, BP Solar s’attaque à l’installation d’une ferme solaire.

Un projet original

A Deshaies, un projet original de ferme solaire de six hectares devrait être implanté prochainement. « C’est un projet innovant par sa taille, combinant production d’énergie et culture sous serre » précise Jean-Luc Maquiaba, directeur d’Apex BP Solar Guadeloupe. Le réseau devrait avoir la capacité d’aller jusqu’à 12 mégawatts en puissance de capacité solaire pouvant alimenter la commune de Deshaies alors que les plus grandes centrales en France développent une puissance de un mégawatt.
Des capteurs translucides seront élevés par des supports afin de réaliser des serres. Ce projet estimé à 30 millions d’euros est une innovation donnant naissance à une ferme horticole et solaire.
« Nous allons faire la synthèse entre l’économie et l’architecture pour éviter de neutraliser un site. Il fallait trouver un lieu pour permettre un impact minimum tout en recherchant un caractère esthétique et une dimension touristique » explique Henri Lother, architecte de Poly Concept Architecture. Sous les serres, des plantes tropicales seront cultivées pour l’exportation.
Le Comité d’expansion économique de la flore guadeloupéenne (CODEFLORE) est très intéressé par le développement de cette activité. Beaucoup de plantes tropicales telles que les anthuriums, les orchidées, l’aracnis ont besoin de peu d’ensoleillement. « Un tel projet va permettre de donner une orientation majeure à l’économie et à la culture florale. Il contribuera à l’accroissement de la biomasse et la production de l’électricité vient tempérer l’émission de gaz à effet de serre » précise Adrien Questel.
Si ce projet, intégré à une démarche environnementale, économique et sociale va au bout, ce sera le plus grand du monde mais ce sera également un nouveau souffle pour l’économie. La Guadeloupe connait une croissance annuelle de la consommation életrique de 7 à 8%.

Le photovoltaïque, généralement appelé électricité solaire, a beaucoup évolué depuis ses débuts. De source d’énergie pour satellites à l’électrification en site isolé, l’énergie solaire est devenue le point de passage obligé pour le développement durable. L’enjeu réel du secteur de l’énergie se trouve dans la réduction des coûts et la prise en compte de l’environnement. Energie propre et réduction des émissions de gaz sont des critères de base pour les clients d’aujourd’hui.

D’autre part, EDF achète l’électricité solaire à ceux qui la produisent au tarif de 40 centimes le KWh, environ quatre fois plus que le prix de l’électricité revendue aux consommateurs. Un crédit d’impôt de 50% s’applique sur le prix des installations. Doter un logement neuf d’un système de production photovoltaïque permet de bénéficier de quatre points de défiscalisation supplémentaire dans les DOM (loi Girardin). L’investissement dans une installation photovoltaïque est un placement financier à long terme. L’installation d’un générateur de 23 m2 d’une puissance de 2310 W revient à 16 600 euros pour un particulier, pose et raccordement compris. Avec le crédit d’impôt, cet investissement lui revient à un peu plus de 9800 euros. Environ 420 centrales photovoltaïques réinjectent leur production sur le réseau EDF. Charles Mahé, chargé de la Mission Environnement et Energie (ADEME) affirme: « Nous accompagnons la Région dans la mise en place du Plan énergétique régional pluriannuel de prospection et d’exploitation des énergies renouvelables et d’utilisation rationnelle de l’énergie (PRE-RURE).
Nous participons au comité de pilotage de suivi, aidons à la rédaction du cahier des charges et aidons financièrement ». Ainsi les projets sont de plus en plus conséquents et innovants, surtout que la Région Guadeloupe a fait de 2007 l’année du développement durable en lançant le 17 avril son pôle de compétitivité en matière d’énergies renouvelables, de biodiversité et de matériaux de construction adaptés au milieu tropical.