Haïti : Flash info sécurité alimentaire octobre 2008 – L’accès aux aliments reste limité

Environ trois millions de personnes sont estimées en insécurité alimentaire après le passage des quatre tempêtes tropicales et cyclones en août/septembre et la flambée des prix des aliments de base au cours des douze derniers mois. Ces personnes se trouvent en grande partie dans les Départements de l’Artibonite et dans la péninsule Sud, zones qui font dorénavant partie des zones d’insécurité alimentaire (Figure 1). Ces dernières sont caractérisées en Haïti par une faible disponibilité et/ou (…) – Spécial


- Environ trois millions de personnes sont estimées en insécurité alimentaire après le passage des quatre tempêtes tropicales et cyclones en août/septembre et la flambée des prix des aliments de base au cours des douze derniers mois. Ces personnes se trouvent en grande partie dans les Départements de l’Artibonite et dans la péninsule Sud, zones qui font dorénavant partie des zones d’insécurité alimentaire (Figure 1). Ces dernières sont caractérisées en Haïti par une faible disponibilité et/ou accès aux aliments, un niveau de pauvreté élevé, une faible quantité/qualité d’infrastructures et/ou un accès difficile aux services de base.

- Depuis septembre 2008, les prix des céréales et des haricots ont baissé sur les marchés régionaux, mais la baisse anticipée du coût des transports publics ne s’est pas encore matérialisée malgré la baisse du prix international des produits pétroliers.

- La sécurité alimentaire pour ce trimestre, octobre à décembre 2008, devrait rester largement inchangée ; elle pourrait même s’améliorer avec la récolte de la saison en cours, prévue en décembre. Cependant, l’inflation reste élevée, limitant l’accès des ménages urbains et ruraux pauvres aux biens et services essentiels. L’accès pourrait également être limité par la récession anticipée aux Etats–Unis, avec possibilité de hausse de chômage et de baisse de transferts.

- L’assistance humanitaire aux victimes des intempéries est plutôt adéquate actuellement pour la plus grande partie des zones affectées, à l’exception de poches d’enclavement. Cependant, l’insuffisance des ressources pour le relèvement précoce et l’augmentation de la résilience compromet l’efficacité de la réponse. La CNSA et FEWS NET recommandent : 1) continuer à mobiliser les ressources financières qui manquent à l’appel d’urgence ; 2) distribuer l’aide alimentaire à plus de zones, mais de façon plus ciblée ; 3) étendre le programme de cantines scolaires dans toutes les zones très touchées ; 4) évaluer les besoins humanitaires dans les zones affectées restées longtemps isolées en vue de leur apporter l’aide d’urgence requise ; 5) assainir les zones affectées, réparer les adductions d’eau et les systèmes d’irrigation ; 6) recapitaliser les exploitations agricoles par la fourniture d’intrants et l’appui au sous–secteur de l’élevage ; et, 7) accorder du microcrédit, surtout aux femmes. Des recommandations pour le moyen et long–terme sont aussi faites à la fin de ce rapport en vue de réduire la vulnérabilité du pays et d’augmenter la résilience des populations.

Source : gouvernement haïtien


Posté: 2008-11-16 01:39:17


Lire le texte complet