Incendie à Pointe à Pitre

Sept morts dans l’incendie d’un magasin à Pointe-à-Pitre

PARIS (AFP ) — Un incendie survenu vendredi soir dans un magasin de Pointe-à-Pitre a fait sept morts et un blessé qui se trouve dans un état critique, selon un bilan encore provisoire communiqué samedi par les secours, alors que les fouilles des décombres se poursuivent.

Les secouristes ont trouvé le septième corps dans les décombres du magasin au cours de leurs travaux de déblaiement.

Mme Michèle Alliot-Marie, ministre de l’Intérieur et de l’Outre-mer, a fait part samedi soir à Paris dans un communiqué de « son émotion ». Elle a « présenté ses condoléances aux familles des victimes » et dit « s’associer à la communauté guadeloupéenne toute entière touchée par ce drame ».

Le magasin n’avait aucune issue de secours, a affirmé sur RFO le colonel Gilles Bazir, commandant des pompiers de la ville. Le sinistre a entièrement détruit l’immeuble ancien de deux étages abritant ce bazar spécialisé dans les produits d’Asie, notamment des pétards, et appartenant à des ressortissants chinois. Le feu s’est propagé très rapidement. Deux véhicules en stationnement à proximité du commerce ont également pris feu, ont témoigné des riverains.

Selon le procureur de la République de Pointe-à-Pitre, qui a ordonné l’ouverture d’une enquête, le feu aurait pu démarrer après l’explosion d’un pétard allumé par des enfants à l’intérieur du local. Les pompiers ont mis neuf heures à maîtriser l’incendie durant la nuit de vendredi à samedi. Ils ont éprouvé d’énormes difficultés à progresser dans le magasin de 500 m2 par son seul accès ouvert.

Selon des sources proches de l’enquête, les victimes, dont l’identité n’a pas été communiquée, sont des employés chinois du commerce et des clients qui auraient été piégés par les flammes.

Les pompiers avaient retrouvé cinq corps dès leur première fouille après l’extinction de l’incendie. Ils ont ensuite découvert un sixième cadavre dans la matinée et un septième peu avant 16 heures locales. Les secouristes ignorent le nombre de personnes qui se trouvaient à l’intérieur du magasin au moment du drame et poursuivaient dans la soirée leurs recherches et travaux de déblaiement.

Un périmètre de sécurité a été mis en place, puis renforcé. La mairie de Pointe-à-Pitre a annulé ou reporté toutes les manifestations prévues dans la ville. Le président du Conseil régional de la Guadeloupe, Victorin Lurel, a fait part de sa « profonde émotion » et offert son aide aux proches des victimes. « Au moment où la Guadeloupe s’apprête à fêter Noël, des familles sont plongées dans le deuil et dans une peine insupportable à la suite d’une tragédie sur laquelle il faudra très vite faire toute la lumière », a-t-il écrit dans un communiqué.

Le Conseil régional a précisé que trois de ses vice-présidentes, Josette Borel-Lincertin, Marlène Melisse et Fély Kacy-Bambuck, se sont déjà rendues auprès de certains des proches des victimes afin de « manifester la solidarité » des Guadeloupéens.