Le cadre politico-institutionnel des migrations antillaises : des dynamiques différenciées dans un contexte géopolitique segmenté

La construction historique des sociétés caribéennes est indissociable des mouvements migratoires séculaires qui les ont animées. Le cadre politico-juridique favorable aux migrations antillaises vers leur métropole rend compte de la vigueur des courants migratoires issus des territoires dépendants de la région ainsi que de leur orientation quasi-exclusive vers les métropoles. La problématique migratoire se pose en des termes différents concernant les territoires indépendants. L’analyse de trois populations caribéennes – les Portoricains, les Franco-antillais, les Haïtiens – interroge la particularité des contextes politico-institutionnels des sociétés d’origine en lien avec les modalités singulières de leur colonisation. Au regard de la remarquable diversité des statuts politiques des territoires de la Caraïbe, l’analyse du lien entre migration et fait colonial nécessite de s’interroger sur l’influence de ces derniers sur la temporalité, l’ampleur, la composition et la spatialisation des mouvements de populations.

Posté:

Lire le texte complet