Les Noirs en France : anatomie d’un groupe invisible.

Dans cette République née, originellement, de la promesse de son abolition, la querelle des discriminations « raciales » a la vie dure. D’un côté, la plupart des observateurs s’obstinent à n’y voir qu’un reflet des inégalités entre les groupes sociaux : c’est la thèse familière de l’hypostase du « social » et du « racial ». Dans cette hypothèse, l’appartenance nationale prémunit autant contre la « tyrannie du phénotype » que le statut social protège contre le préjugé de couleur. De l’autre, certains récusent cette « théorie du reflet » au profit de l’indépendance de la variable du phénotype : c’est la thèse, moins répandue, de l’autonomie relative de la variable « raciale ». Dans cette hypothèse, l’appartenance nationale ne prémunit pas plus contre la tyrannie du phénotype que le statut social ne neutralise le préjugé de couleur. Le débat autour de « l’invisibilité » des nationaux de couleur qui se situe au cœur de cette controverse théorique permet non seulement d’en confronter les termes mais aussi d’en saisir toute la dimension politique. Toutefois, il requiert une double clarification conceptuelle des notions de « minorité noire » et « d’invisibilité » qui pour être…



Posté: 2008-09-12 14:59:45


Lire le texte complet