Les Saintes, ile de guadeloupe

Dès le XVIIe siècle, la situation géographique des Saintes «sur la route des vaisseaux, de Sainte-Lucie à Saint-Domingue, rade importante très bien protégée, remarquablement orientée (Est/Nord-Est) et apte à recevoir plusieurs dizaines de navires», en fait une base stratégique pour les deux puissances de l’époque, la France et l’Angleterre qui se partagent le monde. Conserver la possession des colonies exige la possession des mers. En 1815, on veut faire de Terre-de-Haut le point d’appui central de la défense des Antilles, un «Gibraltar des Indes occidentales».

L’origine de la fête patronale de Terre-de-Haut
Durant près de 150 ans, les Saintes seront le théâtre de batailles acharnées entre la France et l’Angleterre. Les premiers conflits datent de 1666, durant le règne de Louis XIV. L’archipel des Saintes est convoité par les Anglais qui paraissent dans le canal des Saintes le 2 août. Cinq navires anglais croisent dans la rade. Le gros de la flotte composée de 14 grands navires et de 2000 hommes navigue dans le canal des Saintes. Vers 18h, une tempête s’abat sur la Guadeloupe. Sur les 14 vaisseaux anglais, deux seulement réussissent à gagner les îles voisines. Les autres sont drossés à la côte. Quelques jours plus tard, le gouverneur de la Guadeloupe débarque aux Saintes et oblige les Anglais à se rendre le 14 août. Le lendemain, cette première victoire sur les Anglais est célébrée par un «Te Deum» par les frères Jacobins. C’est le premier 15 août de l’histoire de Terre-de-Haut. Cette date est aujourd’hui jour de fête patronale sur l’île.

Lire le texte complet