Nouvelles espèces en Guadeloupe

L’introduction de nouvelles espèces

Parmi les menaces sur les espèces, on retrouve la pollution, le développement urbain, le défrichement, la chasse, la pêche, les changements climatiques, le réchauffement des eaux, mais aussi les risques provoqués par l’introduction de nouvelles espèces. En Guadeloupe, 100 % des mammifères terrestres qui vivent sur l’île ont été introduits, à l’exception des chauve-souris (et du rat moudong qui s’est éteint ; attention, le rat noir est lui, bien entendu, introduit). Même le très populaire racoon a été introduit sur l’île au début du XIXe siècle.

Des études génétiques ont montré qu’il était issu de la population d’un raton laveur du sud-est des Etats-Unis. Il s’agit néanmoins d’une espèce protégée tout comme les deux iguanes. Une seule est endémique aux Petites Antilles, c’est l’iguane délicat ou iguane des Petites Antilles (Iguana delicatissima). Elle était déjà présente à l’époque des Indiens arawaks.