L’ouragan Gustav s’intensifie, Cuba et la Louisiane se préparent au pire

L'ouragan Gustav s'intensifie, Cuba et la Louisiane se préparent au pire L’ouragan Gustav, qui approche des côtes ouest de Cuba après avoir fait au moins 85 morts dans les Caraïbes, a gagné en intensité samedi et est désormais classé en catégorie 3 sur une échelle de 5, a indiqué le centre américain des ouragans (NHC) dans un nouveau bulletin. Dans l’île cubaine, la Défense civile a placé à 21HOO locales (01H00 GMT) la province de Pinar del Rio et la Municipalité de l’île de la Jeunesse en état d’alerte cyclonique maximal et des dizaines de milliers de personnes ont été invitées à quitter préventivement leurs domiciles. L’alerte concerne également les provinces occidentales de La Havane, la Ville de La Havane et ses deux millions d’habitants, et Matanzas, qui doivent être balayées par des pluies diluviennes et touchées par des vents puissants. A Cuba, à Pinar del Rio et l’île de la Jeunesse, les évacuations se poursuivaient et les habitations, très vulnérables face aux vents violents, étaient consolidées. Gustav a fait 11 morts en Jamaïque, 66 en Haïti. Dix personnes sont portées disparus dans la République dominicaine où le nombre de personnes tuées par l’ouragan s’élève à 8, tous membres d’une même famille. « Nous avons dénombré jusqu’à présent 66 morts, 10 disparus, 27 blessés et plus de 4.875 familles qui ont eu leurs maisons endommagées », a déclaré vendredi soir à Haïti, Nazaire Tidé un responsable du bureau de la protection civile haïtienne. Selon lui ce bilan pourrait encore s’alourdir. A Haïti, de nombreuses habitations ont été détruites par l’ouragan, des écoles rasées, des routes coupées, des ponts submergés et des villages inondés et plus de 8.000 personnes étaient toujours hébergées dans des abris provisoires. Dans la soirée de vendredi, l’ouragan a frappé les îles Caïmans. Aucun dégât ni victime n’était connu pour l’instant. Gustav, qui était un ouragan mardi quand il a balayé l’île d’Hispaniola, partagée par Haïti et la République dominicaine, a été rétrogradé en tempête tropicale mercredi, avant de redevenir un ouragan vendredi, selon le Centre américain des ouragans NHC, basé à Miami (Floride, sud-est). Les autorités ont rapporté que plus de 1.500 Jamaïcains avaient dû passer la nuit dans des abris d’urgence. Dans la capitale Kingston, les rues étaient inondées et les toits des maisons arrachés. A 20H00 locale (00H00 GMT), le centre de l’ouragan se trouvait non loin des îles Caïmans et à 585 km de Cuba, selon le NHC, qui a indiqué que les vents atteignaient 130 km/h et que sa puissance pourrait augmenter au cours des prochains jours. L’ouragan devrait ensuite se déplacer vers le sud du Golfe du Mexique samedi soir ou dans la nuit de dimanche, avant de se diriger vers la lundi ou mardi, selon les prévisions actuelles. Le président américain George W. Bush a déclaré vendredi l’état d’urgence, débloquant des aides fédérales aux potentielles victimes, trois ans jour pour jour après le passage meurtrier de l’ouragan Katrina. Les autorités de La Nouvelle-Orléans ont commencé vendredi des évacuations volontaires dans certains quartiers en prévision de l’arrivée de Gustav, classé en catégorie 1 sur l’échelle de Saffir-Simpson qui compte 5 niveaux. Dans le golfe du Mexique, qui concentre plus d’un quart de la production américaine de pétrole brut, plusieurs groupes pétroliers ont évacué leurs personnels des plateformes ou interrompu leurs activités de forage. Le département américain à l’Energie s’est dit prêt vendredi à puiser dans ses réserves stratégiques de pétrole si le passage de l’ouragan provoquait d’importantes perturbations de la production nationale d’or noir. Après le passage de l’ouragan Katrina en 2005, 95% de la production de la zone avait été interrompue. Une tempête tropicale, baptisée Hanna, s’est formée par ailleurs dans l’Atlantique, selon le NHC. Elle se dirigeait vendredi vers le nord-ouest à 19 km/h. La tempête doit passer au nord des îles Vierge et de Porto Rico vendredi soir et samedi. afp();



Posté: 2008-08-30 13:05:48


Lire le texte complet