Près d’une centaine de pays et organisations attendus au sommet de Punta Cana

Haiti : Une nouvelle grand-messe internationale sur la reconstruction post-séisme placée sous la présidence conjointe du Président haïtien, René Préval et de son homologue dominicain, Leonel Fernàndez, hôte de l’événement ce mercredi ; entrée en scène annoncée de la CIRH

Haiti Reconstruction/RD : Des représentants de 54 pays et 35 organismes internationaux attendus au sommet de Punta Cana

Des délégations représentant 54 pays partenaires et 35 organismes internationaux ont confirmé leur présence au sommet mondial intitulé « Haïti : la solidarité au-delà de la crise » prévu mercredi dans l’enclave touristique dominicaine de Punta Cana (est), sous la co-présidence des chefs d’Etat haïtien René Préval et dominicain Leonel Fernàndez.

Selon une dépêche d’EFE citant des officiels dominicains, d’importantes personnalités étrangères doivent faire le déplacement, parmi lesquelles l’ancien Président américain et émissaire spécial de l’ONU pour Haïti, Bill Clinton, le Président rwandais Paul Kagamé, les secrétaires généraux de l’OEA, José Miguel Insulza, de l’Union des nations sud-américaines (UNASUR), l’ex-Président argentin Nestòr Kirchner et de l’organisation des pays d’Asie, de la Caraïbe et du Pacifique, Mohamed Ibàn Chambas.

Sur la liste des dignitaires devant discuter de l’avenir du pays ravagé il y a plus de quatre mois par un violent séisme, se trouvent également le Premier ministre haïtien, Jean-Max Bellerive, le chef de la Mission de stabilisation de l’ONU (MINUSTAH), Edmond Mulet, le président de la BID, Luis Alberto Moreno et le représentant spécial de la CARICOM pour Haïti, Percival Patterson, ancien Premier ministre de la Jamaïque.

La commission intérimaire pour la reconstruction d’Haïti (CIRH) -dont les travaux débuteront bel et bien en territoire dominicain, quelques jours après la désignation de ses membres- assurera le suivi des accords qui seront signés à Punta Cana, a expliqué Leonel Fernàndez.

Co-présidée par Bill Clinton et Jean-Max Bellerive, la CIRH « aura la responsabilité fondamentale de veiller à la pleine exécution des engagements conclus au sommet de Punta Cana », a tenu à préciser le dirigeant dominicain.

« Il y aura au moins dix initiatives concrètes, spécifiques et tangibles » que prendront en charge les pays participants, a-t-il poursuivi en soulignant que la conférence portera sur cinq axes thématiques : les infrastructures, la refondation sociale, institutionnelle, environnementale et la reconstitution du patrimoine culturel, artistique et religieux d’Haïti.

Selon des informations circulant en République Dominicaine, les organisateurs espèrent pouvoir obtenir des engagements financiers de l’ordre de cinq milliards de dollars sur deux ans alors que déjà à New York, le 31 mars dernier, de nombreux partenaires d’Haïti avaient promis une enveloppe globale de 10 milliards de dollars, dont 5,3 milliards pour les 18 prochains mois.

A Port-au-Prince, le processus de nomination des membres de la CIRH, instance chargée de piloter le processus de reconstruction, et les préparatifs du sommet de Punta Cana n’ont fait l’objet d’aucune annonce officielle.

Responsable de la mort d’environ 300.000 personnes, le séisme destructeur du 12 janvier avait également fait 300.000 blessés, 1,2 million de sans-abri et emporté 120% du PIB haïtien.

Pierre T.

Lire le texte complet