Reconstruire le mouvement national gwadloupéyen ?

La semaine prochaine, le Mouvement Indépendantiste Martiniquais (MIM) d’Alfred Marie-Jeanne fait sa rentrée. Dans le camp nationaliste martiniquais, malgré tout, Marie-Jeanne et le MIM ont encore un peu de crédit. Les milliers de martiniquais, qui ont voté en 2004, pour donner une majorité très confortable au « Chaben » de Rivière Pilote croient encore que la Martinique, pourra un jour prochain prendre en mains ses destinées. D’ailleurs le MIM n’est pas seul. En dépit, d’une scission intervenue en son sein, au devant –jour, du 21 é siècle, Asé Pléré Annou Lité (APAL) et le Conseil National des Comités Populaires (CNCP) portent aussi leur contribution à l’avancée de la « révolution martiniquaise ». Cette galaxie nationaliste, est peut être, d’avantage que le PPM de Letchimy et de feu Césaire, «la dernière chance» de la Martinique ! Les Martiniquais et Marie-Jeanne, sont-ils fins prêts pour le saut qualitatif ? Le président de la Région semble vouloir plutôt privilégier une « solution Saint Martinoise. » Car si Marie-Jeanne veut faire bouger les lignes et ne pas trop se couper de Claude Lise, qui est lui plus modéré, il sera contraint de faire plus qu’un bout de chemin sur la route de l’article 74 de la constitution française ! Qui l’eût cru ?



Posté: 2008-10-07 04:00:00


Lire le texte complet