Tempête Noël dans la caraibe

SAINT-DOMINGUE (AFP) — Le bilan de la tempête tropicale Noël qui a touché dimanche la République dominicaine s’est alourdi à 16 morts et 15 disparus, a annoncé mardi le Centre des opérations d’urgence (COE), tandis que des sources non officielles faisaient état d’environ 25 morts.

« Le décompte des personnes décédées est de 16, et des personnes disparues de 15″, a indiqué à la mi-journée le COE, lors d’une conférence de presse.

Cependant selon des rapports non officiels, le bilan est sans doute plus lourd. Dans la province de San Cristobal (sud), les autorités locales estiment à 25 le nombre de morts, selon plusieurs médias dominicains.

« Nous ne pouvons donner des chiffres qui ne proviennent pas de sources officielles, ni nous faire l’écho de rumeurs », a pour sa part souligné le porte-parole de la Police nationale, Ramon Rodriguez, en qualité de porte-parole la Commission nationale des urgences (CNE).

Ce dernier a toutefois annoncé que 11.756 personnes avaient été évacuées de leurs habitations dont 2.056 vers des refuges officiels et les autres avaient été hébergées par des proches.

La tempête tropicale Noel, accompagnée de fortes précipitations et de vents soutenus, soufflant à 85 km/h, a quitté la République dominicaine avant d’atteindre Haïti lundi matin, où elle a fait au moins quatre morts et provoqué de nombreux dégâts matériel.

En Haïti , « Noël » a fait au moins huit morts et provoqué d’importants dégâts matériels, selon un bilan partiel présenté par la Protection civile.

Parmi les victimes haïtiennes, au moins quatre ont été tuées dans la capitale Port-au-Prince, a constaté un journaliste de l’AFP, dont deux personnes d’une même famille, une adolescente de 14 ans et sa mère, qui ont péri dans l’effondrement de leur maison après la chute d’un arbre sur le toit.

Deux garçons appartenant à cette famille souffrent de fractures et ont été hospitalisés.

Deux autres personnes sont mortes à Grand-Goave, à 54 kilomètres à l’ouest de Port-au-Prince, selon la responsable de la Protection civile haïtienne Alta Jean-Baptiste, qui a fait état de nombreuses maisons endommagées et de personnes évacuées.

Les autorités n’ont pas fourni de détail sur les autres victimes.

Les écoles et les administrations ont été fermées et des membres du gouvernement se sont rendus dans les régions les plus touchées par les fortes pluies qui tombent depuis plus de 48 heures sur le pays.

Mardi, le ministre de l’Intérieur Paul-Antoine Bien-Aimé s’est rendu dans le bidonville de Cité Soleil (300.000 habitants) à Port-au-Prince.

« Plusieurs quartiers sont inondés et des gens sont en difficulté », a déclaré un riverain joint au téléphone.

Des Casques bleus jordaniens de la force de l’ONU en Haïti (Minustah) ont visité des quartiers et ont apporté une aide aux sinistrés, a indiqué à l’AFP le colonel Al Khamaiseh.

Des glissements de terrain ont par ailleurs provoqué la destruction de petites constructions dans des zones à risque de la capitale haïtienne, selon le maire, Jean-Yves Jason.

Lundi, le Premier ministre haïtien Jacques-Edouard Alexis avait appelé la population à respecter les consignes de sécurité et abandonner les zones à risque. L’alerte rouge avait été déclarée par les autorités.

Face aux risques d’inondations et de glissement de terrain, les autorités avaient programmé des mesures d’urgence allant de la fermeture des aéroports à l’interdiction de la navigation maritime.

Le Premier ministre avait aussi annoncé la mobilisation de son gouvernement et une enveloppe de plus de 1,5 million de dollars pour venir en aide aux éventuelles victimes de la tempête.

« Le système de la protection civile a été activé, toutes les équipes sont mobilisées », avait déclaré le chef du gouvernement.

 

AFP