Texte du discours du président de la CCIH à l’occasion de la signature d’un protocole d’accord avec le secteur informel

Il est des moments,… EXTREMEMENT privilégiés,… dans la vie d’un homme ou d’une Institution, où sa trajectoire, monotone, ordinaire, se redresse, délaissant les étroites lisières, s’affirme pour s’ouvrir résolument aux vastes espaces…. Madame la Ministre, Madame la Présidente de la Fédération des Petites et Moyennes Entreprises, Distingués amis de la Communauté Internationale, Membres du Conseil d’Administration de la CCIH, Honorable (…) – Spécial


Il est des moments,… EXTREMEMENT privilégiés,… dans la vie d’un homme ou d’une Institution, où sa trajectoire, monotone, ordinaire, se redresse, délaissant les étroites lisières, s’affirme pour s’ouvrir résolument aux vastes espaces…. Madame la Ministre, Madame la Présidente de la Fédération des Petites et Moyennes Entreprises, Distingués amis de la Communauté Internationale, Membres du Conseil d’Administration de la CCIH, Honorable représentant de la Chambre de Conciliation et d’Arbitrage d’Haïti Distingués délégués des Chambres Départementales Mesdames, Messieurs, En saluant toute la splendeur de la fragilité de l’instant, ce matin,… avec l’entrée de la Fédération des Moyennes et des Petites Entreprises au sein de la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Haïti,… je savoure ce moment… Madame Mezile, vous, et la Fédération des Petites et Moyennes Entreprises, vous êtes désormais, ici, à la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Haïti, chez vous…

Il fut certes long, ardu, ce chemin, marqué par l’incompréhension et la méfiance ; secoué par les préjugés et les réticences ; jonché d’embuches virtuelles façonnées par des détracteurs acharnés à creuser des tranchées pour s’assurer que nos secteurs restaient inéluctablement séparés, ….mais, toujours ragaillardi par notre détermination et le souci constant de ne point laisser fragiliser l’espérance !….Oui, il fut long ce chemin. ! Mais l’attente, naguère charbonneuse, s’est écaillée…. et nous voici, aujourd’hui, soudés l’un à l’autre, à la conquête de ce monde nouveau : le nôtre…Que Dieu nous garde !..car, dans la maîtrise de cet espace, la déstabilisation ne nous sera pas épargnée, toujours prête à contourner, voire dénaturer, sinon remettre en cause l’éthique de la démarche de la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Haïti..

Doit-on rappeler ad nauseam – et je le fais, sans ambages, avec force – que la CCIH n’est pas et ne saurait être un marchepied, encore moins un tremplin pour assouvir des ambitions politiques personnelles… Doit-on répéter – et je le répéterai jusqu’à ce que l’enfer gèle, – que la CCIH n’est pas et ne saurait être un Parti politique, se mouvant avec délectation dans des menées politiques et politiciennes… La CCIH n’est pas et ne saurait être une pourvoyeuse, malléable et docile, de chair à canons qui serviront à la conduite de batailles qui lui sont totalement étrangères. Par contre, qu’il soit clair et parfaitement limpide, que TOUTES les fois que l’intérêt collectif sera en péril, que l’essence de la Nation sera menacée, la CCIH, dans sa force aujourd’hui décuplée, assumera pleinement ses responsabilités. Doit-on marteler – et je le fais sans aucune réticence morale ou intellectuelle – que la CCIH – de par son unique raison d’être – est vouée fondamentalement à la défense des intérêts de tous les commerçants et industriels de la République d’Haïti et non à la promotion des privilèges de quelques membres d’un prétendu club social de nantis…

A ce sujet, je profite de la présence d’un membre du gouvernement, Madame la Ministre du Commerce, Mme Maguy Durcé, – qui ne peut que m’approuver – pour souligner que la loi du 18 juin 1964 fait obligation à tout individu, exerçant sur le territoire haitien une activité commerciale ou industrielle, de faire partie de la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Haïti.. Aussi, Madame la Présidente de la Fédération des Petites et Moyennes Entreprises, je ne saurais trop vous féliciter et vous remercier d’avoir su concilier avec élégance et intelligence le respect de cette Loi et le renforcement du Secteur des Affaires, fondement du développement harmonieux d’Haïti…. Avec joie, mais aussi avec une fierté non contenue, dans cette vénérable Institution, qu’est la CCIH, je vous salue et accueille, pour reprendre les mots de Victor Hugo : « Ceux qui vivent ce sont ceux qui luttent ; Ce sont ceux dont un dessein ferme emplit l’âme et le front, Ceux qui, d’un haut destin, gravissent l’âpre cîme, Ceux qui marchent pensifs, épris d’un goût sublime, ayant devant les yeux, sans cesse, nuit et jour, ou quelque labeur ou quelque grand amour….. Ceux dont les jours sont pleins Ceux-là vivent Les autres, je les plains ! » Vivons donc ensemble ! Joignons nos forces et Luttons pour un Secteur Privé fort, pour une Haiti meilleure ! Merci Jean-Robert Argant Président 10 juillet 2008

P.S Texte parvenu à la rédaction de Radio Kiskeya le jour même de la cérémonie


Posté: 2008-07-13 06:53:45


Lire le texte complet