UNE FEMME DE TROP ASSASSINÉE, ÉGORGÉE

MOBILISATION
Ainsi, la violence conjugale a encore frappé et une femme est une nouvelle fois tombée sous les coups de son ex-compagnon . La 22 ième en dix ans .
Devant une telle tuerie, l’UFM ne peut rester muette et elle appelle ses membres, ses sympathisants, et la population entière à une marche silencieuse de protestation pour dire leur douleur et leur réprobation :
Le Samedi 11 octobre
Rassemblement 9h30 – Matinik



MOBILISATION

Ainsi, la violence conjugale a encore frappé et une femme est une nouvelle fois tombée sous les coups de son ex-compagnon . La 22 ième en dix ans .

Devant une telle tuerie, l’UFM ne peut rester muette et elle appelle ses membres, ses sympathisants, et la population entière à une marche silencieuse de protestation pour dire leur douleur et leur réprobation :

Le Samedi 11 octobre

Rassemblement 9h30

Place Roméro (face à la Cathédrale)

Fort-de-France

Départ de la marche à 10 h

UNE FEMME ASSASSINEE, EGORGEE !

TROP C’EST TROP

Ainsi, la violence conjugale a encore frappé et une femme est une nouvelle fois tombée sous les coups de son ex-compagnon. Catherine, 45 ans et mère de trois enfants est la 22 ème femme assassinée en dix ans.

Devant un tel massacre, l’UFM ne peut rester muette et appelle ses membres et sympathisantEs à une marche silencieuse de protestation pour dire leur douleur et leur réprobation s am edi 11octobre à 10H Place Romero à Fort de France
Mais la lutte contre de telles atrocités ne saurait être l’affaire des seules associations féministes, ni même des seules femmes.

L’UFM appelle toutes celles et tous ceux qui possèdent la moindre parcelle d’audience dans notre société (politiques, journalistes, artistes…) à marquer leur refus de cette violence.
L’UFM appelle plus généralement toutes les Martiniquaises et tous les Martiniquais à manifester leur solidarité et leur soutien envers les victimes ainsi que leur indignation et leur horreur à l’encontre des bourreaux en rejoignant la marche du Samedi 11 octobre.
L’UFM appelle tout particulièrement les pouvoirs publics à se saisir de ce dossier et à assumer leur devoir de protection envers toutE citoyenNE . Ces drames ne sont pas des affaires privées, ces hommes violents sont des assassins.

NON, L’AMOUR NE TUE PAS !

Ce qui tue , c’est la volonté de contrôle de l’autre, de mainmise sur l’autre, le refus de lui reconnaître la libre disposition de sa personne et de ses choix.
Ce qui tue, c’est la volonté de l’homme de s’ériger en juge de la femme, de « sa » femme, de prononcer la sentence et de l’exécuter.
Ce qui tue, c’est l’indifférence de la société envers les victimes, la banalisation de leurs souffrances , la compréhension et la compassion envers les bourreaux.

Afin que nous n’en soyons pas réduitEs à compter et déplorer les victimes, dans l’impuissance, il faut que chacunE prenne ses responsabilités et que surtout les autorités organisent la prévention.

Il faut que la lutte contre les violences envers les femmes devienne l’affaire de toutes et de tous, qu’elle soit enseignée dans les écoles, dans tous les lieux d’éducation et d’apprentissage.
Il faut que les hommes cessent de penser qu’ils peuvent impunément disposer du corps et de la vie des femmes.

Il faut que les hommes cessent de croire que les femmes sont à leur disposition et qu’elles sont quantité négligeable ou méprisable comme les en persuadent la publicité, une certaine production dite artistique, et tout l’arsenal des blagues sexistes qui circulent.
L’UFM en appelle aux pouvoirs publics pour que les femmes victimes de violences soient entendues et qu’elles puissent dénoncer ces violences sans craindre pour leur vie.
L’UFM appelle les municipalités à participer à la campagne de lutte contre les violences dans le couple et à marquer un temps fort le 25 novembre, journée de lutte contre les violences faites aux femmes.

Mobilisons-nous !
Il est de notre responsabilité à toutes et à tous de faire reculer la barbarie.

ASSEZ !

le sitede l’UFM : www.unionfemmesmartinique.com
et leur téléphone : 0596712626


Posté: 2008-10-10 00:03:33


Lire le texte complet