zones franches pas vraiment globale

« Le gouvernement est une nouvelle fois en décalage entre le dire et le faire en préparant les esprits à des zones franches pas vraiment globales parce que réservées à quelques secteurs, mais également avec des taux de défiscalisation moins ambitieux que ce qu’annonçait le candidat Sarkozy, en particulier pour les Iles du sud de la Guadeloupe », regrette M. Lurel dans un communiqué.

« Passée au crible de Bercy, la loi programme, telle qu’elle s’annonce, confirme que l’Etat n’est absolument pas disposé à mettre en oeuvre un plan d’ampleur de rattrapage des retards d’équipement et de développement », estime le député PS.
« Ce ne sont pas les déclarations très vagues du secrétaire d’Etat Christian Estrosi, sur une centaine de millions d’euros supplémentaires, qui vont nous rassurer », ajoute-t-il.
M. Lurel se dit « fermement opposé à la volonté confirmée du gouvernement de réserver à terme la défiscalisation au logement social et intermédiaire, alors que cette mesure n’est souhaitée ni par les élus locaux, ni par les opérateurs du logement social« .

Il déplore que « l’Etat se décide seulement aujourd’hui à accompagner la lutte contre la fracture numérique par des mesures de défiscalisation, alors qu’aux Antilles l’essentiel des investissements a déjà été réalisé avec le déploiement en 2005 du câble sous-marin à haut débit avec un apport financier de l’Etat limité à 2% du coût global du projet ».

Extrait des echos